Investir dans l’art pour la bonne cause

LouiseSeguinSoniaIsabelle
Louise Séguin, artisane joallière et moi-même.

Jeudi soir, j’assistais à la soirée de levée de fond au profit du Musée régional de Vaudreuil-Soulanges. Outre l’expérience gastronomique vécue grâce à l’excellente table de l’Auberge des Gallant, j’ai ressenti une joie encore tout aussi sinon plus enlevante en constatant que l’art fait toujours vibrer…et vendre.

Mais investir dans l’art pourrait ne pas vous coûter trop cher!

D’entrée de jeu, le président d’honneur de l’événement, monsieur Jean-Yves Poirier, maire de Saint-Polycarpe, président du Conseil des arts et de la culture de Vaudreuil-Soulanges et comptable, nous rappelé très brièvement que l’achat d’œuvre d’art dans le cadre des affaires, a des avantages fiscaux. Bien, quelle belle nouvelle!

C’est mal vu de dire quelque chose du style? Dommage que vous preniez cela comme ça.

En gros :

  • L’œuvre acquise doit avoir été produite par un artiste qui était citoyen canadien ou résident permanent à la date où elle a été créée.
  • L’œuvre doit être une estampe, une gravure, un dessin, un tableau, une sculpture ou une autre œuvre d’art de nature semblable dont le coût, pour le contribuable, n’est pas inférieur à 200 $.
  • L’entreprise aura le choix de réclamer annuellement la déduction pour amortissement (DPA) sur les œuvres d’art acquises afin de diminuer le revenu imposable. Le taux de DPA est de 20 % au fédéral si l’artiste est canadien. Au Québec, le taux de DPA est à 33 1/3 % depuis le 21 avril 2005.

L’achat de votre oeuvre ne vous coûtera donc pas beaucoup une fois les déducitons appliquées!

Vous n’êtes pas en affaires? Rappelez-vous que l’art offre une diversification des plus intéressantes du patrimoine familial. Le choix de vos œuvres en dit également long sur vous tout en valorisant le talent et la créativité des artistes exposés dans votre demeure.

À l’approche du temps des Fêtes, pensez que l’art a aussi sa place sur la tablette du grand magasin de la « consommation ».

Vives émotions

Quand avez-vous offert un cadeau à une personne chère, qui lui a fait ressentir une émotion des plus vives? Je peux vous dire que jeudi, les gens présents étaient mobilisés par autres chose qu’un cadre de bois recouvert d’une toile et couches de peinture! On achetait des billets par bras tout en espérant remporter l’œuvre de Sarah Lanctôt qui fut tiré au hasard. Des émotions je vous dis!

Pour l’émail sur cuivre de Lorraine Bouchard et la sculpture de Marcel Braitstein, les noms s’alignaient sur la feuille de l’encan silencieux et les montants s’élevaient, s’élevaient…

 

Ce fut ensuite l’œuvre de Daniel Gautier qui fut présentée en formule encan crié.

Les enchères furent menées par Chantal Séguin, commissaire aux expositions en arts visuels au Musée régional de Vaudreuil-Soulanges. Elles ont duré quelques minutes, se terminant sous des applaudissements nourris. On se serait cru chez Christie’s à New York.

cs
Chantal Séguin

Quelle soirée! J’ai déjà hâte à l’an prochain.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s